Et quand je parle d'un flop, je parle de cette rumeur alarmante (pas de l'article cité en exemple puisque Cyrille semble avoir compris le fond, mais il n'y a pas beaucoup d'articles francophones à ce sujet...) qui est apparue il y a quelques jours prévoyant la mort de Ubuntu Phone... Pas de l'OS mobile en lui-même.

Déjà il faut savoir que ce genre d'information est monnaie courante. Possesseur d'un BQ Aquaris 4.5 j'essaye de me renseigner un peu sur le système et c'est bien la quatrième fois que je vois la nouvelle comme quoi Ubuntu Phone serait abandonné, qu' il n'y aurait plus de mise à jour et j'en passe... Et à chaque fois, j'ai eu l'agréable surprise d'avoir une mise à jour dans le mois. Donc à force j'ai appris à me méfier. Et quand j'ai vu l'article de OMG! Ubuntu! je l'ai relu deux fois afin de bien comprendre.

Et force est de constater qu'il n'y a a jamais été question d'abandon de l'OS mobile Ubuntu Phone, ni même d'une fin de support pour les appareils mobiles Ubuntu. L'annonce expliquait seulement que les appareils les plus anciens ne recevraient plus les OTA mais seulement des mises à jour de sécurité. Ce qui veut simplement dire, que le système reste maintenu sur les plus vieux appareils mais qu'il n'y aura plus, sur ces appareils, de déploiement des dernières nouveautés.

Et je dois dire qu'après deux ans à recevoir sans cesse des mises à jour apportant leur lot de nouveautés je ne trouve pas anormal que l'OS de ces téléphones passe sur une version figée, mais toujours maintenue. Ma tablette Android n'a, après deux années de service, plus reçu de mises à jour de sécurité... Nettement plus grave mais ça n'a jamais fait un tel foin sur le web.

Cette annonce a aussi suscitée des inquiétudes quant à un éventuel ralentissement du développement de Ubuntu Phone à cause du transfert des ressources humaines vers le développement de Snappy, l'OS basé sur les paquets Snap et qui propose une conteneurisation des applications. Mais que nenni. Le développement de Snappy contribue indirectement au développement de Ubuntu Phone, qui je le rappelle repose pour le moment sur une base Android... Base vouée à être remplacée par Snappy afin de se libérer de l'OS de Google. Canonical cherche en effet à concevoir un système d'exploitation universel capable d'être déployé sur n'importe quel appareil (serveur, PC, mobile, TV, frigo, drone et j'en passe). Alors cela amène son lot de problème, que je suis le premier à dénoncer, mais attribuer des ressources à la R&D dans ce but n'est donc pas un frein au déploiement d'un OS « by Canonical » sur mobile.

Tout ça pour dire que le développement de Ubuntu Phone continue. À son rythme, certes, mais bon Canonical ne possède pas la même puissance de frappe que peuvent avoir des entreprises comme Google ou Apple.

Et ces nouvelles erronées se répandant comme une traînée de poudre me chagrinent donc un peu. J'ai pu constater sur diaspora* que certaines personnes ont préféré désinstaller Ubuntu Phone suite à cette annonce... Donc sur une incompréhension, la communauté qui s'était difficilement formée autour d'une des seules alternatives libres aux OS mobiles propriétaires se voit donc affaiblie. Alors même qu'il faudrait dans ces moments de doutes montre son soutien aux développeurs afin de montrer tout l'intérêt que l'on peut avoir pour cet OS.

Je n'appelle pas à un soutien unilatéral et sans critique de l'OS mobile de Canonical, n'étant pas moi-même un fanboy Ubuntu (si vous connaissiez mon amour pour Unity 7...), mais aujourd'hui il faut reconnaître que j'ai un téléphone qui fonctionne, me permettant de me tenir un peu à l'écart des GAFAM sans pour autant acheter un Nokia 3310, et ça me ferait bien chier que cette alternative disparaisse. Pour une rumeur... Une rumeur à la con.