MouTonLibre

2 commentaires

Chose promise, chose due, j'ai lancé deux nouveaux services hier :

Pour le moment c'est but de décoffrage donc ne vous étonnez pas si le style sort de l'ordinaire et si le service est dans la langue de Shakespeare. Je verrai ça plus tard.

D'ici la fin de semaine, je vais proposer d'autres petites surprises. J'ai trouvé deux trois services sympas que je vais mettre en ligne. :) Bon cela implique la nécessité de réorganiser la page d'accueil du domaine. Ça va devenir un vrai bordel sinon. ;)

Bon sinon j'ai à nouveau perdu du temps sur Flightgear. Ce n'est pas de ma faute, une nouvelle version est sortie.

Ah et restez alerte, « Something great is coming » comme on dit... ;)

6 commentaires

Afin de dynamiser une peu ce blog je tente une petite expérience qui va prendre forme d'une série d'articles nommée « .::13:37::. ». Ces articles seront publiés à 13h37, tous les jours, et parleront de la première chose qui me passe par la tête. Édito, demande d'avis, brève, partage de lien etc. : il n'y aura pas de formalisme particulier et ce sera un peu mon fourre-tout. :)

Pour ce premier article, j'ai choisi de partager un coup de cœur. Un peu d'optimisme en ce moment ne peut pas faire de mal. ;)

On a tendance à l'oublier parfois, mais il y a des projets libres et communautaires relativement exceptionnels. Depuis quelques jours, je perds un nombre incalculable d'heures sur Flightgear, un simulateur de vol. Et tant pis pour le code qui attend d'être écrit...

Flightgear est le genre de logiciel que l'on tente de lancer une première fois parce que l'on a lu une dépêche bien sympa... mais que l'on supprime immédiatement parce qu'on ne comprend même pas comment le démarrer... Mais à la deuxième installation, on comprend 2-3 trucs en plus et on arrive enfin à avoir un avion... au milieu d'un océan... Désintallation puis réinstallation quand notre moral se sent l'envie de retenter l'aventure. Je vous rassure, au troisième essai on arrive enfin à placer un avion sur une piste. Bon malheureusement, ce bel avion reste cloué au sol faute d'arriver à démarrer le bestiau...

Mais la quatrième installation mène à la libération. Flightgear c'est un peu la quête du Graal du libriste passionné d'aéronautique. Une fois que l'on a compris les différents mécanismes d'installation des scènes, des objets et des avions, on se sent littéralement pousser des ailes. On veut visiter le monde entier à bord du jet privé, du petit coucou de l'aéroclub du coin, du bon vieux avion de transport de la seconde guerre mondiale.

Remonter le grand canyon, voler au dessus de chez soi, survoler les côtes bretonnes, contourner le Kilimandjaro sont autant de possibilités de détente (et de perte de temps) offertes.

Seul petit point à ne pas négliger, ce n'est pas un jeu mais un simulateur. Et il va falloir quelques heures d'entraînement et de lecture de documentation avant de prendre du plaisir...

Mais l'effort en vaut vraiment la peine. :)

Corse

Hélico

Alpes

C-47